Le touche à tout virtueux

L’art de faire la boucle….et de transmettre son savoir… en souriant.

Par la Légende

Si vous faites du vélo depuis longtemps et que vous êtes de la région de Montréal, vous connaissez sans doute Pierre Gagnon.  Impossible de passer sous silence l’impact de Pierre dans l’histoire du cyclisme québécois.

Pierre Gagnon
  • Tout d’abord comme cycliste
  • Assembleur de vélo chez Marinoni
  • Propriétaire pendant plusieurs années de la Boutique Cycle Performance rue St-Denis.
  • Et finalement comme spécialiste en biomécanique (Ostéopathe)

Un parcours atypique (mais qui semble typique à première vue), dans lequel il y a plusieurs liens. (De toute façon, je suis persuadé que les parcours atypiques forgent les meilleurs individus ou du moins les plus intéressants. Coudonc, je me laisse aller aujourd’hui dans les aveux, je deviens comme mon père que je surnommais Ti-Paul le philosophe….)

  1. Le plus évident est sa passion pour le cyclisme qui aura guidé une grande partie de sa vie.
  2. Exceller dans chacune des activités qu’il pratique, professionnelles ou autres. Perfectionniste sans être maladif, et surtout « virtueux ».
  3. La communication et le besoin de transmettre son savoir. Pierre n’est jamais avare de ses connaissances pour ceux qui désirent comprendre. Une capacité hors du commun à transmettre et de vulgariser l’information.
  4. Son intérêt pour la biomécanique. Intérêt qui a eu un parcours difficile, mais qui a été un fil conducteur sur l’ensemble de sa vie. D’abord étudiant en Biologie, qui a dans sa mire une carrière en médecine. La vie a fait en sorte de lui coller le vélo aux fesses pour plusieurs années, exprimant son intérêt pour la biomécanique via le positionnement des clients sur leur montures. Il finira par plonger et rediriger sa vie professionnelle vers l’ostéopathie.

Alors, voici la petite histoire d’un grand (et également grand en taille) personnage : « Pierre Gagnon, la véritable Légende«

Cycliste un jour, cycliste toujours

L’histoire entre Pierre et le cyclisme débute à 17 ans, lorsqu’il décide de monter lui-même son premier “vrai” vélo (incluant, il va sans dire si on connait le personnage, le montage des roues). À l’époque, il passait des circulaires et avait l’assiduité/rigueur d’acheter les composants de son rêve, pièce par pièce à toutes les 2 semaines. Déjà, il a un sens de l’esthétisme, et opte pour le Campagnolo Nuovo Record, à l’exception des freins qui sont trop onéreux. Il fait donc un compromis et achète des Dura Ace. Le cadre est en Reynolds non peint, acheté chez Baggio rue St-Laurent dans la petite Italie (Note de la Légende : C’est d’ailleurs à cet endroit, comme plusieurs autres coureurs, que je faisais réparer mes boyaux à la fin de la saison). L’année suivante (1975) , avec son vélo, il fera ses débuts comme junior 2eme année avec les Espoirs Laval.

Dérailleur Campagnolo Nuovo Record

Par la suite, Pierre jumelle le vélo et études en biologie. Il devient également monteur de roues chez Marinoni.

Comme coureur, Pierre a des dispositions pour le contre-la-montre (CLM). Sa première victoire sera d’ailleurs dans un CLM au Grand Prix de Boucherville en 1976, lors de sa 1ère année senior … il gagne en plus le criterium l’après-midi. Deux victoires le même jour, disons que j’ai vu pire … sûrement excellent pour développer la confiance en soi!

En 1977, 2ème année senior … grosse grosse année pour Pierre : 

  • 1er  course sur route du GP Beauport
  • Sélection nationale 
  • Sélectionné dans l’équipe nationale pour le Tour des 6 Vallées en Belgique (Gagne le prologue CLM par équipe). 
  • Champion canadien 100 km CLM par équipe
  • Champion du Quebec poursuite individuelle sur notre défunt vélodrome (Snif, Snif…. Mais Bromont sera prêt bientôt pour nous faire revivre d’autres grands moments). 
  • 20 podiums au Canada et USAQ

En gros, sa progression est très rapide et l’année suivante (1978), il a dans sa mire de passer Pro….quoi de mieux que d’aller courir en France. Malheur, il doit passer sous le bistouri pour une chirurgie intestinale 3 semaines avant la date de départ prévue. GROSSE erreur de sa part, un peu têtu il y va quand même, pas question pour lui de manquer cette opportunité. Sa récupération est insuffisante, et ne il parvient jamais à revenir à son niveau. Il revient déçu au bout de 3 mois. Il songe à tout arrêter, mais on le convainc de faire le 100km CLM par équipe du championnat canadien qu’il gagne encore. Décide par la suite de prendre une petite pause.

En 1979, il revient à la compétition et fait encore d’excellent résultat : 1er a Ottawa-Lachute, 1er de la Coupe Pro-Elite des Mardis de Lachine et plusieurs podiums :  Mont Washington, Ste Foy, Omnium Corneli, Tour du Niagara etc..

Norman Sheil

Le nouveau coach de l’équipe nationale, Norman Sheil, un anglais ancien champion du monde de poursuite individuelle, le suggère, l’invite, l’exhorte à se consacrer à la poursuite lui disant qu’il était un des rares assez doués pour route et piste. Il lui dit :

« I think you are god’s gift to Canada ». « If you train for pursuit you will be able to win almost any race on the road ».

Malgré cette bienveillance à son égard, Pierre comme nous l’avons mentionné…. à la tête dure ….et refuse l’invitation. Encore aujourd’hui, Pierre aime être à l’extérieur, près de la nature…. Alors lorsqu’on lui propose entre aller rouler à l’extérieur versus tourner en rond dans un vélodrome…. Pour conjurer le sort , cette année là, le Canada envoie aucun routier aux championnats du monde, uniquement des pistards…

1980, une année olympique. Cycling Canada a un budget dédié pour l’équipe du 100 km clm !!! Youppidoulailai (Je ne sais pas si c’est ce que Pierre a crié, mais si je me transpose dans la situation…. Youppidoulailai était approprié).  Pierre est sélectionné.  Malheureusement sa carrière se terminera assez abruptement (comme pour plusieurs autres cyclistes désabusés ) avec le boycott des Olympiques de Moscou.

Il termine ses études en biologie l’année suivante. Les emplois disponibles en biologie ne courent pas les rues au milieu des années 80. Il décide alors d’appliquer en médecine à McGill. L’examen à lieu en septembre, il a pour plan de prendre l’été pour s’y préparer…. Mais la vie lui réserve une surprise….

Assembleur de de vélo chez Marinoni

Encore monteur de roues chez Marinoni, « Le Guiseppe » lui demande en avril de travailler également à monter les vélos en plus des roues car ils sont débordés. Pierre accepte jusqu’en juin, car il doit étudier le fameux exam. Juin arrive, ils sont encore dans le jus jusqu’aux oreilles et on lui demande de continuer. Pierre accepte pour encore un peu, le un peu devient de plus en plus long…. vous devinez la suite… Pour essayer de le convaincre de rester, on lui propose d’ouvrir un magasin Marinoni à Montreal dont il serait le gérant. Dans la tête de Pierre, qui veut toujours passer son examen, on verra après celui-ci.

Au final, un seul mois d’étude pour l’examen. Réussi quand même à être convoqué à l’entrevue décisive. Rendu à cette étape, ils en prennent un sur deux. Zut de Zut!, il n’est pas choisi.

Finalement le vélo aura eu raison ….

La Boutique Cycle Performance

Une fois le processus de sélection terminé. Pierre retourne voir Marinoni et lui reparle de la fameuse boutique… Il a changé d’idée. Toutefois, l’idée d’avoir une boutique avait germé dans sa tête… Il déniche un local près du quartier dans lequel il habite, au coin de St-Denis et St-Zotique. Naissance de Cycles Performances.

La fameuse boutique de la rue Saint-Denis, je m’y régalais. Pierre a toujours eu un sens de l’esthétisme pour tout ce qui touche les vélos. D’ailleurs, lorsqu’il fait une sortie de vélo, il roule encore son Merlin de première génération en titane (Car au-delà de l’esthétisme, il n’y a que ça de vrai le titane!)

Bien qu’aujourd hui je dénigre pas les Merlin qui faut l’avouer vieillissent très bien (et j’ai aussi un petit côté puriste en ce qui concerne les vélos, même si…. diantre… j’ai finalement opté pour les freins à disques), mes yeux à l’époque en n’avaient que pour les Ciocc… les vélos pour lesquels je bavais.

Toute la beauté du monde sur 2 roues

Pour plusieurs, Cycle Performance était la boutique par excellence. La qualité de ses services en mécanique était prisée par la plupart des coureurs. On raconte que plusieurs cyclistes qui étaient commandités par des boutiques concurrentes allaient secrètement faire ajuster leur vélo chez Cycle Performance.

Comme la plupart des vélos haut de gamme étaient à l’époque montés sur mesure, Pierre s’était forgé une solide réputation et à longtemps été considéré comme le meilleur monteur de roues au Québec. D’ailleurs mon vélo qui sera utilisé pour le Eroica utilisera une paire de roues montée par le maître à la fin des années 80.

Le collant qui certifiait les roues montées par Pierre Gagnon

Un virtueux et s’entourant de virtueux

Chez Cycle Performance, il n’y avait pas de place à l’improvisation. La plupart des mecs qui ont travaillé pour lui étaient non seulement compétents, avaient de la personnalité, étaient d’excellent cyclistes et sont devenus par la suite, à l’image de Pierre, des gens performant dans leur domaine : Jean-Francois Blais (Canadian Sales Manager chez Trek , Champion Canadien et Panaméricain de vélo, …), Mathieu Fagnan (Ingénieur et Entreprise Manager chez Pratt & Witney, pilote aux jeux para-olympique d’Atlanta pour Stephane Côté, une véritable bible du vélo à d’ailleurs lui-même fabriqué des vélos, rédacteur de vélo mag, alpiniste ayant tenté l’Everest en solo, …) pour ne nommer que ceux là.

Humble, talentueux et perfectionniste

Être perfectionniste peut facilement devenir un défaut. Mais pour Pierre, être perfectionniste signifie avant tout d’aller au fond des choses, de comprendre et analyser les menus détails, devenir simplement meilleur. Mais devenir meilleur ne rime jamais avec sentiment de supériorité. Au contraire, Pierre est celui qui aime partager son savoir.

Aujourd’hui sa passion n’est pas uniquement autour du vélo, bien qu’elle soit encore bien présente dans sa vie. Cette passion se décline dans plusieurs activités et toujours avec la même intensité : Skimo, la pêche à la mouche…. Dans chacune de ses activités, rien n’est laissé au hasard.

Qu’allait-il faire de tout ce bagage accumulé ….Coureur d’élite puis entrepreneur, entraîneur, spécialiste du positionnement sur le vélo…

De la Biologie à la Mécanique pour finalement s’intéresser à la biomécanique

Au tournant des années 2000, Pierre décide d’amorcer un virage. Il deviendra ostéopathe en 2003. Évidemment, le perfectionniste en lui l’a mené à approfondir ses compétences dans certains créneaux. Pierre travaille notamment avec de nombreux patients sur l’optimisation de la mécanique et de la reprogrammation respiratoire. Il intervient également fréquemment au niveau des douleurs et dysfonctions masticatrices, et travaille d’ailleurs régulièrement en complémentarité avec des professionnels de la santé dentaire.

Comme pour tout le reste, Pierre demeure un bon communicateur et il est facile d’approche, ce qui fait en sorte qu’il inspire confiance. Ce qui est sûrement un pas de plus pour la guérison de ses patients.

Puisse continuer à transmettre ton sourire, ta bonne humeur et ta passion. À chaque fois que je te croise, c’est une bouffée d’air frais et un coup de pied pour me dire que je peux pousser mes passions encore plus loin. Je te dis souvent que toi et Daniel Blanche vous êtes mes idoles. Ce qui peut sembler être une farce, mais loin d’être vide de sens.

Aller, on se revoit, on se croise … planifié ou pas, j’aurai le même plaisir.

MERCI, BONSOIR ! pour l’ensemble de l’oeuvre

Si vous voulez en savoir plus

Fiche Technique de Pierre Gagnon

  • B.Sc. en biologie
  • Diplome d’Ostéopathie, Collège d’Études Ostéopathiques de Montréal.
  • Ex-cycliste, membre de l’équipe nationale et deux fois champion Canadien

Articles à propos de Pierre Gagnon
Ostéopathie : Mécaniciens d’humains (Journal le Voir – 15 septembre 2011)

Clinique Pro Physio Solution
Edifice Sun Life,
1155 rue Metcalfe, suite 30
Montréal, Qc
H3B 2V6
Tel : 438 375-6501

Site web professionnel
https://www.prophysiosolution.ca

Adresse courriel professionnelle
info@prophysiosolution.ca



Vous aimerez sans doute :


Abonnez-vous à l’Hebdo TCR


Veloptimum - Vélo Nouvelles

Partager :

2 thoughts on “Le touche à tout virtueux”

  1. Beautiful.

    My first cycling shoes – Eddie Merxx – at Cycles Baggio – 1976.
    Pierre Gagnon – a great story – Merci.

  2. Pierre Gagnon est génial!

    Vraiment passionné de vélo et surtout tellement habile de ses mains, il va vous « ramancher » en un tour de main en vous jasant avec une belle verve du passé et du présent cycliste. Rendre le très utile au très agréable! Ses anecdotes et histoires sont tellement l’fun à écouter pour un passionné de vélo et de course et encore mieux quand pour on peut parler de matos! Il s’intéressera aussi à vos histoires cyclistes, avec une belle écoute et une compréhension hors du commun. Tu lui parle du GP de St-Joseph, de telle route, de tel vélo, de tel coureur, il connait!

    Perso, il m’a guérit d’un gros mal de dos suite à une chute à Mtl-Québec; 3 vertèbres déplacées et tout revenu dans l’ordre en 2 séances autrement, les médecins m’auraient mis sur des anti-inflammatoires!

    Beaucoup de respect pour ce grand monsieur du cyclisme québécois, sa qualité de cycliste et de connaissances!

    Merci pour ce reportage!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *