Portrait TCR: Le train de Sutton

Qui se cache derrière le train de Sutton? Michel un quinquagénaire de 6pi 4 po (oui ça prends du 61 cm!!!), déplace de l’air… Le Business Man de la Rive Sud évacue le stress et les tracas de la journée sur son vélo. A chaque matin, pour sauver du temps , il saute sur son Tacx dès 6h00 am avant d’entreprendre sa journée.

Le train de Sutton tire son nom à son acharnement à vouloir être devant même dans les journées de fort vent (A noter qu’avec son gabarit, personne ne se plaint derrière!). Une véritable bête qui repousse toujours ses limites, affichant en permanence un visage en souffrance mais n’abdiquant pas pour autant…. Il restera devant, il est en mission! Son acceptation de la douleur est innée, elle ne s’apprend pas. Pour lui le vélo est un jeu, mais un jeu dans lequel il part à la guerre. Ne compté donc pas sur lui pour entretenir une longue discussion dans votre sortie du dimanche…

Mais d’où vient sa passion du vélo? En 1986, assit dans le salon de ses parents à maudire son mal de tête carabinée. Il regrette encore une fois sa soirée d’hier. A l’université, sa vie prend une drôle tournure. Au fond de lui, il n’a pas envie de s’associer à ce mode de vie. Une annonce publicitaire de l’Ironman, deviendra une révélation. C’est à ce moment précis, que ça vie allait changée. Il se lève et déclare solennellement, que l’année prochaine nous allons voir sur la ligne de départ. Et de là, naît le Merci, Bonsoir! ( Qui est répété à la fin de chacune des sorties TCR en guise de satisfaction ! En gros c’est le trophée que nous nous remettons.)

Évidement une telle déclaration, laisse pantois son père… du scepticisme dans la pièce! Le désir de prouver le contraire devient le moteur de plus à l’aventure. Partant de rien, il acheta son premier vélo « un magnifico Marinoni » (Celui-ci sera d’ailleurs utilisé par la Légende pour le Eroica. En ce moment il est en mode refait moi une beauté!). Rapidement ce qui était initialement un objectif à atteindre se transforme en mode vie : Le bonheur de se sentir vivant.

Plusieurs mois plus tard… À quel mètre de la ligne d’arrivée, il entendait les applaudissements de la foule (A l’effet de la gloire ressentit par tout les participants d’Ironman lorsqu’ils terminent l’épreuve…. Être son propre héros le temps d’une journée!). Soulevé par celle-ci, l’effet est magique, le propulse littéralement vers la ligne d’arrivée. Il termine son premier Ironman, dans un temps inespéré. Euphorie intense qui allait le marquer à jamais. L’aventure en valait le coup. Malgré les hauts et les bas, il savait qu’il allait recommencer… Ce n’était que le début.

Avec le temps, sa passion ce dirige principalement pour le vélo et il est devient au fil du temps un cycliste amateur à plein temps. Il a délaissé la course et la piscine au profit du bitume et de la gravel. Il porte en lui les valeurs du TCR. Celle de rouler tout simplement au travers les défis, les routes, les aventures improvisées avec le reste du Club, aussi passionné que lui pour vivre des moments magiques qui resterons gravé à jamais dans leurs mémoires et leurs cœurs. De prendre pleine conscience que sur notre vélo : la vie est belle!!!!!

Merci, Bonsoir! Une autre sortie , une autre victoire.


Abonnez-vous à l’Hebdo TCR

Recevez l’hebdo par courriel tous les dimanches matin à 6h00 am.
Une petite lecture, un petit café !

Promis qu’il n y aura pas d’autres diffusions de courriel. Et chez les TCR une promesse c’est une promesse.


Partager :