L’ivresse mentale

Bigorexie, addiction sportive…

Par la Mountain Queen

Ce qui suit est différent de ce que vous avez l’habitude de lire dans l’Hebdo TCR (Une personne avertie en vaut deux à ce qu’il paraît!)

Dans le quotidien, au-delà d’être la Mountain Queen du TCR (vous ne pensiez quand même pas, que j’étais uniquement une tatouée du vélo…), je suis mère et également une professionnelle de la santé. Bien que je n’aie pas la prétention d’avoir la science infuse et d’être Marie Curie, je possède un certain bagage scientifique acquis au fil des années comme infirmière, rédacteur et formateur en soins intensif.

L’une de mes tâches, est de faciliter l’acquisition de compétence pour l’équipe multidisciplinaire. Ma soif de connaissance m’amène à vouloir comprendre la physiopathologie du domaine sportif.  En bref, mettre en lumière un phénomène à partir d’une mise en situation qui peut sembler anodine pour la plupart des cyclistes que je côtoies (et je peux m’inclure dans le lot) :

Dimanche Sutton 13h30, de retour au point de départ….
– OMG!!!! C’était malade. Nous nous sommes vraiment défoncés… J’ai les jambes « loadées ».

– Ouais, mais j’en avais franchement besoin…. Je n’avais pas eu ma dose depuis plusieurs jours. J’étais en manque.

Dialogue entre deux ou + cyclistes après une sortie canon…

Vous avez tenu le même discours aujourd’hui, cette semaine,  ou il n’y a pas si longtemps ? Vous sentez interpelé pour différentes raisons ?

Quel est votre perception face à cette mise en situation?

  • Je connais le sentiment de manquer de sport. 
  • J’aime aller au bout de moi-même. 
  • J’adore le sentiment d’euphorie à la fin d’une grosse sortie 

Vous vous reconnaissez (Dans l’une ou plusieurs de ces situations)
ou
Inversement vous avez une aversion ? Vous êtes de ceux qui pensent :
« ils sont malades !!!  Ont diraient deux toxicomanes qui discute ensemble d’un trip de « dope » »

Peu importe de quel côté de la balance vous vous trouvez. Démystifions ce qui se cache derrière le côté euphorique, la sensation de manque et le besoin devenu essentiel de se dépasser…. La fameuse dose de sport.  Cette pathologie est reconnue depuis 2011 par OMS (Organisation Mondiale de la Santé) sous le nom de bigorexie.

Avertissement : 
Pour ne pas se perde et pour les besoins de la cause, je simplifie au maximum la physiopathologie de la bigorexie et je n’utiliserais pas volontairement l’ensemble des terminologies. Cependant, il faut garder en tête que c’est un sujet extrêmement complexe, que je ne fais qu’effleurer.

BIGOREXIE
(BIG pour gros + OREXIE pour appétit = Gros appétit pour le sport) 

En tant que cyclisme (amateur), ayant subi à maintes reprises le sentiment de manque, expérimenté le besoin de me défoncer les jambes au point de devenir une larve de sofa à mon retour à la maison. Le thème de l’addiction m’interpelle.

Comme défenseur de la pratique cycliste a des fins de santé… La bigorexie pose un véritable cas de conscience, car cela sous-entend quelque chose de nocif. Effectivement nous rencontrons une véritable souffrance physique et psychique parmi cette addiction sans substance (pour faire contrepoids aux addictions comme l’alcoolisme, ou la toxicomanie,…). La glorification sociale du sport (et souvent les exploits/accomplissements qui s’y rattachent) rend ce sujet tabou. 

Ceci étant dit, c’est quoi que sa mange en hiver la bigorexie? 
Cette addiction, implique autant le côté psychologique que physiologique. Dans le cadre de cet article, j’aborde seulement la physiologie.

Vous avez tous surement entendu parler, ou vécu la fameuse « extase du sportif ». L’une des causes de ce « high » serait les endorphines.

Puisque le côté physiologique, comporte des notions biologiques et chimiques, pour mieux comprendre les effets secondaires de l’endorphine sécrété à long terme, revoyons quelques notions du système nerveux. 

Le système nerveux est comme le président de notre corps. Accompagné de son comité de direction : les neurones qui travaillent en synergie pour le maintient de l’homéostasie (l’équilibre) de notre organisme. Sans ce système, nous serions dans de beaux draps!!!

En bref, si le président donne un ordre, les neurones se mobilisent pour l’exécuter. Ce sont de drôles de bibittes qui au bout de leurs queues, possèdent un ensemble de serrures (récepteurs). Au moment où est dicté l’ordre présidentiel, certaines serrures sont activées pour y accueillir des clés et c’est là ….Alakazam…. que la magie s’opère (Avec ou sans baguette magique!). Il y a soit une stimulation ou une inhibition de l’organisme en fonction de la porte (récepteur) qui est ouverte puisqu’elle accueilli la bonne clé. 

Mais où je veux en venir avec ça?
Il faut retenir que l’organisme est une machine qui reconnait certaines molécules. Elles sont soit stimulantes (sensation de plaisir intense, une impression d’énergie, de puissance…) ou sédatives (elles seraient responsables du plaisir, bien être voir euphorie). 

Le besoin d’équilibre
Notre corps pour bien fonctionner à besoin d’équilibre. Il ne doit pas être trop excité ou pas trop sédationné.

L’alcool est un bon exemple. Il agit sur le système nerveux en imitant les effets des récepteurs(serrures) GABA (qui se traduisant par une activité électrique moins rapide et moins efficace des neurones expliquant ainsi l’effet sédatif de l’alcool). En contrepartie, les NMDA sont dits excitateurs. 

Le cerveau étant bien fait, il maintient c’est équilibre. Nous pourrions le voir comme une balance.

GABA (inhibiteur/relaxant comme la tisane du soir)
NMDA (excitateur/stimulateur comme un expresso le matin)


Tout comme l’alcool (ou autre stupéfiant), le sport augmente la libération d’endorphine, qui se situe du côté de GABA. C’est comme,  si je vous administrerais une bonne dose de morphine. « Watchout » le Buzz!

L’équilibre est donc rompu !!!!

Les effets s’en font ressentir : 

  • L’effet analgésique ou réducteur de la douleur
  • L’effet anxiolytique
  • L’effet euphorisant 

Pour l’instant, tout ceci est de courte durée et fait vivre à notre hôte un moment de pur bonheur. Comme nous savons bien le dire chez les TCR : LA VIE EST BELLE! 

Le problème survient lorsque le sport est consommé régulièrement. Le métabolisme voulant maintenir l’équilibre (homéostasie), il contrebalance l’excès au niveau des récepteurs GABA en diminuant la production de ce dernier et en augmentant les NMDA dits excitateurs. 

De cette façon, l’organisme retrouve un certain équilibre. Mais le «high» n’est plus présent. Il faut donc augmenter la dose (= le temps de sport) pour retrouver un déséquilibre et ressentir à nouveau cette euphorie, d’où vient le fameux : il m’en fallait toujours plus!  Cette addiction entraine un état d’esclavage…

Lorsque l’équilibre GABA-NMDA est rompu, il y a sevrage de sport : l’organisme n’est pas en mesure de contrebalancer rapidement la sécrétion importante de substance excitatrices. 

C’est à ce moment que les signes et les symptômes d’hyperexcitabilité neuronales font leur apparition :
– le sommeil est perturbé,
– l’irritabilité,
– la fatigue chronique,
– l’agressivité,
– la dépression…

Il est important de savoir qu’il y a une variabilité inter-individuelle de sensibilité aux récepteurs. Ce qui sous-entend que certains individus seraient plus prédisposés que d’autres. Donc n’ayez crainte, nous ne devenons pas tous dépendant du sport. De plus, ce désordre ne s’installe pas du jour au lendemain. 

A suivre ….

J’ai définir sommairement, le côté physiologique de la bigorexie. Dans un autre article, je vais traiter le côté psychologique ce qui va mettre en lumière les signes et symptômes associés qui permettent de déceler la pathologie.

Comprendre cette maladie sans pointer du doigt les cyclistes, ni d’en décourager la pratique. Il s’agit plutôt promouvoir sainement l’activité sans excès. Il faut se rappeler fréquemment que le vélo doit être toujours pratiqué dans le plaisir… et non par obligation…   Mais vous avez toujours le droit de dire Merci, Bonsoir!….   Ouf!

Références :

Dixit, D., et al., Management of Acute Alcohol Withdrawal Syndrome in Critically Ill Patients.
Pharmacotherapy, 2016. 36(7): p. 797-822.

Long, D., B. Long, and A. Koyfman, The emergency medicine management of severe alcohol withdrawal.
Am J Emerg Med, 2017. 35(7): p. 1005-1011.

Arthur Cocaign, (2017). Thèse en vue du Diplôme d’état de Docteur en pharmacie:
La bigorexie : rôle du pharmacien d’officine dans sa prévention et sa détection.
Repéré à: https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01812118/document

Balance GABA VS NMDA a été révisée par :
Mathieu Desgroseillers, Pharm. D, M.Sc. Pharmacien CISSME

Chabot Maude, Samuel Casavant, Isabelle Messier, Sébastien Gingras (2019) Histoire de cas : M. Gagné (ARDS/ Choc septique) : St-Hyacinthe, Hôpital Honoré-Mercier, département de soins intensifs et inhalothérapeutres.

Vous aimerez sans doute :

  • Burnout sportif
    Mais que vient-il de se passer? Par la Mountain Queen Coach : OK dans 1 min, 30 30 x 20 a 150% de son FTP… La Mountain Queen se met en mode on se défonce et rage intérieurement à l’idée de devoir encore faire des 30 30. Le questionnement s’installe… « Pourquoi sé faire que […]
  • L’anxiété de performance
    Des fois trop …c’est trop! Par la Mountain Queen À noter que cette article fait suite à : L’ivresse mentale. Bigorexie, addiction sportive…(2 mai, 2021) La quête incessante du St-Graal : Démystifions les effets de la bigorexie (9 mai, 2021) In Aqua Veritas: Éviter la déshydratation (23 mai, 2021) Lactate : Lactate ou acide lactique, […]
  • Lactate
    Lactate ou acide lactique, c’est la même chose ? Par la Mountain Queen A noter que cette article fait suite à : L’ivresse mentale. Bigorexie, addiction sportive…(2 mai, 2021) La quête incessante du St-Graal : Démystifions les effets de la bigorexie (9 mai, 2021) In Aqua Veritas: Éviter la déshydratation (23 mai, 2021) Ou d’autres […]
  • In Aqua Veritas
    Éviter au maximum la déshydratation Par la Mountain Queen A noter que cette article fait suite à : L’ivresse mentale. Bigorexie, addiction sportive…(2 mai, 2021) La quête incessante du St-Graal : Démystifions les effets de la bigorexie (9 mai, 2021) Introduction Je me confesse… j’avoue avoir écrit l’article qui suit en partie pour la Légende […]
  • La quête incessante du St-Graal
    Démystifions les effets de la bigorexie Par la Mountain Queen A noter que cette article fait suite à L’ivresse mentale. Bigorexie, addiction sportive…(2 mai, 2021) Tel que promis lors du premier article, nous abordons le facteur psychologique Le sport d’endurance fait partie de notre société et de notre réalité depuis plusieurs années. Cette société avide […]

Abonnez-vous à l’Hebdo TCR


Veloptimum - Vélo Nouvelles

Partager :

3 thoughts on “L’ivresse mentale”

  1. Bonjour,

    Commentaire qui se veut constructif.

    Vos articles sont fort intéressants mais vous devriez utiliser Antidote comme correcteur.

    Il y a des coquilles qui déconcentrent du contenu.

    Sans malice.

    DO

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *